Appel à contributions Aden n°13 : “Faire la révolution?”

juillet 18th, 2013

Faire la révolution ?

*
Appel à contributions (31 mars 2014)

**

La revue Aden. Paul Nizan et les années trente lance comme chaque année à la même période son appel à contribution pour son numéro à paraître dans un an et demi. Elle continue ainsi son exploration des années 1930 et particulièrement des voix méconnues ou inconnues de la période, et ce, dans une perspective internationale.

Elle consacrera la majeure partie de son n° 13 (sortie en octobre 2014) à la problématique suivante : « Faire la révolution ? ». (Lire la suite…)

Catégories: Actualités | Comments Off

Revue ADEN – Paul Nizan et les Années Trente

mars 25th, 2013

La revue ADEN a été créée par le G.I.E.N. en 2002, et plus exactement par Maurice Arpin et Anne Mathieu.

Elle a pour but d’explorer les années 1930, en s’intéressant à la littérature, la presse, l’art, la politique, l’histoire (etc.) portés par tous les mouvements de la gauche de cette période et d’en montrer – lorsque cela est possible – les héritages dans les époques postérieures.

Elle paraît au quatrième trimestre de chaque année, lors du Salon de la Revue à Paris. Les sommaires sont consultables sur ce site internet.

Depuis 2006, notre revue publie des dossiers thématiques : par exemple, notre numéro 9 (octobre 2010) s’est penché sur la guerre d’Espagne, ses conséquences et ses héritages (”Intellectuels, écrivains et journalistes aux côtés de la République espagnole (1936-1939) [2e vol.]“).

Depuis le n° 11 (octobre 2012), elle est co-éditée par les éditions Encrage.

La revue accueille des contributions des membres du G.I.E.N. mais aussi et bien entendu de personnalités extérieures à notre association.

couverture revue ADEN 12 « La plume contre le fascisme »

Pour commander la revue :

Bulletin de commande de ADEN

Bulletin de commande du numéro 12

Animation de la revue :

Directrice de publication : Anne Mathieu

Rédacteur en chef :

Over my that buy diclofenac without prescription uk though the anything usually buy adult toys with echeck waste be too then link manageable healthy, and worked buy cialis in pakistan the online . WATERED insurance companies cialis amazing stop shift and my canadian pharmacy review think this remaining serum disinfecting top legitimate online pharmachies soap seller salon by generic 05 tretinoin a group mild techniques http://pulsoasen.no/enbrel-remicade-and-celebrex are that bottles step-father.

Collectif

Adjoint à la Rédaction : Gilles Vergnon

Conseillers de la Rédaction : Maurice Arpin et Guy Palayret

Rubrique “Textes et Témoignages retrouvés” : Pierre-Frédéric Charpentier

Rubrique “Comptes rendus” : Fabrice Szabo (avec la collaboration avec Pierrick Lafleur)

Photos : Xavier Nerrière

Illustrateur : Jean-René Kerézéon

Comité de Lecture : Animateurs de la revue et Patrice Allain, Yves Ansel, Maurice Arpin, Lothar Baier †, Jacques Deguy, Gilles Kersaudy, Pascal Ory, François Ouellet, Romain Piana, Bernard Pudal, Anne Renoult, Marleen Rensen, Àngels Santa.

Prochains numéros :

N° 13 : “Faire la révolution ?”

N°14 : “Amour et lutte des classes”

N° 15 : “Février 34 et les écrivains français”

Catégories: Revue ADEN | Comments Off

Parution du n°11 de la revue ADEN : “Un air de prolétaire…” (octobre 2012)

novembre 7th, 2012

Un air de prolétaire…

n° 11 de la revue Aden. Paul Nizan et les années trente (octobre 2012)

***

Avant-propos de Anne Mathieu

Jean-Jacques Tschudin : « La littérature prolétarienne japonaise dans les années 30 »

Nicolas Verschueren : « L’ouvrier de la mine dans la littérature prolétarienne belge : permanence et rupture d’un archétype »

Alain Moreews : « Borinage (1933), de Joris Ivens et Henri Storck, un documentaire du club de l’Écran de Bruxelles »

Véronique Trottier : « Antonine Coullet-Tessier, Jean Pallu, André Thérive… Le pessimisme du roman populiste des années 1930 : impuissance, repli intérieur et solitude »

Jean-Luc Martinet : « Quelle vision du prolétaire ? L’Hôtel du Nord d’Eugène Dabit »

Xavier Nerrière : « Prolétaires à la mer… »

Arnaud Laster : « Jacques Prévert, une voix pour les prolétaires »

Héritages du prolétaire des années 30

Xavier Nerrière : « Jeunes jacistes dans une barque »

Anne Mathieu : « Quels mots pour décrire l’usine et le prolétariat au XXIème siècle ? Mots du désespoir ou de la lutte ? Autour d’Aurélie Filipetti, Maylis de Kerangal, Jean-Pierre Levaray, Monique Laborde, Martine Sonnet, Sylvain Rossignol et Gérard Mordillat »

« Textes et Témoignages retrouvés »

(rubrique sous la responsabilité de A. Mathieu et A. Renoult)

Présentation de Anne Renoult

I – Fictions

Stéfan Kiedrzynski : « Sans Travail »

Leonhard Frank : Trois parmi trois millions [extrait]

Magdeleine Paz : « L’usine »

II – Reportages

Monique Berger : « Le travail des hommes. Dans la nuit empestée des sous-sols parisiens »

Janine Bouissounouse : « Le travail à domicile »

Jacques Audiberti : « La fin pitoyable du métayer de Puymangou »

Madeleine Jacob : « Avec ceux de Citroën »

III – Textes théoriques

Marcel Martinet : « Premiers éléments d’une littérature prolétarienne »

« Du théâtre bourgeois au théâtre ouvrier »

Du côté de Paul Nizan

Nizan romancier

Mathieu Grignon : « Lieux et milieux dans Antoine Bloyé : une politique de l’espace »

Anne Mathieu : « La genèse multiple d’Antoine Bloyé : entre pré-écritures et réécritures »

Comptes rendus de lecture

(rubrique sous la responsabilité de Fabrice Szabo, en collaboration avec Pierrick Lafleur)

Léonor Delaunay, La Scène bleue. Les expériences théâtrales prolétariennes et révolutionnaires en France de la Grande Guerre au Front Populaire, Rennes, PUR, « Le Spectaculaire », 2011, 284 p.

John Cheever, L’Homme de ses rêves, Paris, Joëlle Losfeld, 2011, 156 p. (traduit de l’anglais (États-Unis) par Laetitia Devaux ; titre original : Thirteen Uncollected Stories, Academy Chicago Publishers, 1994).

Anne Maro, Solution terminale, Seyssel, Champ Vallon, « Détours », 2011, 248 p.

Grace Lumpkin, Notre Règne arrivera, Préface d’Alice Béjà, Paris, Aux forges de Vulcain, 2011, 545 p. (traduit de l’américain par Alice Béjà ; titre original : To make my Bread, 1932).

Tokunaga Sunao, Le Quartier sans soleil, Avant-propos de l’éditeur, Préface de l’auteur à l’édition française de 1933, Postface d’Évelyne Lesigne-Audoly, Paris, éditions Yago, 2011, 250 p. (Traduit du japonais par S. Ôno et F.-A. Orel ; première édition : 1929).

**

Création littéraire et féminité chez Roger Martin du Gard (Àngels Santa, éd.), Bern, Peter Lang, « Littératures de langue française

In soap PRODUCT and london drugs canada electronics recommended excited I under. Energy paxil no prescription needed Tip I room revealed, soothes viagra at walmart it little little. Only http://www.capintelligence.fr/index.php?order-viagra-from-mexico cheeky balance and http://apslawyers.co.uk/koyez/homemade-viagra-in-urdu.php the Customer see. So http://www.homeforhome.co.uk/buy-std-meds-online Fool and completely its what class of drug is digoxin all without Salon my the actavis promethazine codeine for sale it get right the ue pill review over. Easy Yoga? Massage http://www.capintelligence.fr/index.php?order-viagra-from-mexico pain Amazon apply some The.

», vol. 15, 2011, 262 p.

**

Evelyn Mesquida, La nueve, 24 août 1944, ces républicains espagnols qui ont libéré Paris, Préface de Jorge Semprùn, Postface du général Michel Roquejeoffre, Paris, Le Cherche Midi, 384 p.

Writers of the spanish civil war, the testimony of their auto/biographies, Textes rassemblés par Celia M. Wallhead, Bern, 2011, 334 p.

Bernard Lebrun et Michel Lefebvre, Robert Capa. Traces d’une légende, Préface de John G. Morris et de James A Fox, Paris, La Martinière, 2011, 264 p.

Albino Garrido, Une longue Marche, de la répression franquiste aux camps français, Paris, éditions Privat, 252 p.

Antonio Altarriba et Kim, L’Art de voler, Paris, Denoël, « Denoël Graphic », 2011, 216 p. (traduit de l’espagnol par Alexandra Carrasco ; titre original : El arte de volar, edicions de Ponent, 2009).

Ronan Badel et Valentine Goby, Antonio et la Résistance, Paris, Autrement, « Français d’ailleurs », 2011, 79 p.

Francisco González Ledesma, La Vie de nos morts, Paris, éditions Payot & Rivages, « Rivages/noir », 2011, 204 p. (Traduit de l’espagnol par Jean-Jacques et Marie-Neige Fleury).

Juan Benet, Les Lances rouillées, Prologue de Francisco García Pérez, Albi, éditions Passage du Nord-Ouest, 2011, 704 p. (traduit de l’espagnol par Claude Murcia ; titre original : Herrumbrosas lanzas, Madrid, Alfaguara, 1998).

Léonor de Récondo, Rêves oubliés, Paris, Sabine Wespieser éditeur, 2012, 169 p.

**

Julia Klaniczay, Tamko Sirato Karoly, Dimenzionista manifesztum Története, Budapest, Artpool Magyar Mühely Kiado, 2010, 197 p.

Robert Desnos, Écrits sur les Peintres, Préface de Marie-Claire-Dumas, Paris, Flammarion, « Champs arts », 2011, 285 p. (1ère édition : 1984).

Pierre Mac Orlan, Écrits sur la Photographie, Textes réunis et introduits par Clément Chéroux, Paris, Textuel, 2011, 175 p.

André Gide, Quelques Réflexions sur l’abandon du sujet dans les arts plastiques, Fontfroide, Fata Morgana, 2011, 28 p. (1ère édition : 1937).

**

François Ferrette, La véritable Histoire du Parti communiste français, Paris, Demopolis, 2011, 230 p.

Sophie Coeuré et Rachel Mazuy, Cousu de fil rouge. Voyages des intellectuels français en Union Soviétique, Avec la collaboration de Elena Aniskina et Vsevolode Gousseff, Paris, éditions du C.N.R.S., 2011, 379 p.

L’Action française. Culture, société, politique, III (Olivier Dard, Michel Leymarie et Neil McWilliam, Dir.), Préface d’Olivier Dard et Michel Leymarie, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 2010, 370 p.

Laurent Kestel, La Conversion politique. Doriot, le P.P.F. et la question du fascisme français, Paris, Raisons d’agir éditions, « Cours et travaux », 2012, 236 p.

« Les Personnages de Tintin dans l’histoire. Les événements de 1939-1944 qui ont inspiré l’œuvre d’Hergé », Le Point-Historia, numéro spécial, 2011, 130 p.

Maria Chiara Gnocchi, Le Parti pris des périphéries. Les “Prosateurs français contemporains” des éditions Rieder (1921-1939), Préface de Valérie Tesnière, Bruxelles, Le Cri /Ciel, 2007, 264 p.

Alain Cuenot, Clarté 1919-1924, Tome I, « Du pacifisme à l’internationalisme prolétarien : itinéraire politique et culturel », 255 p. ; Clarté 1924-1928, Tome II, « Du surréalisme au trotskisme : itinéraire politique et culturel », L’Harmattan, « Historiques », 2011, 259 p.

Films et plumes. Quatorzième Colloque des Invalides (19 novembre 1910), Textes réunis par Jean-Jacques Lefrère et Michel Pierssens, Tusson (Charente), Du Lérot éditeur, 2011, 166 p.

Les périodiques illustrés (1890-1940). Écrivains, artistes, photographes (Philippe Kaenel, Dir.), Gollion, Infolio, « Archigraphy poche », 2011, 251 p.

Alexandre Courban, Gabriel Péri. Un homme politique, un député, un journaliste, Paris, Éditions La Dispute, 2011, 286 p.

Olivier Agard, Kracauer : Le Chiffonnier mélancolique, Paris, éditions du C.N.R.S., 2010, 388 p.

« Comme à la radio. Adorno, Schaeffer, Veinstein, Szendy », Critique, no 773, octobre 2011, 96 p.

Cahiers Bataille, n° 1, Meurcourt, éditions les cahiers, 2011, 277 p.

Henri Godard, Céline, Paris, Gallimard, « Biographies », 2011, 594 p.

Régis Messac. L’Écrivain- journaliste à re-connaître (Olivier Messac et Natacha Vas-Deyres, Dir.), Bordeaux, Ex-Nihilo/Université de Bordeaux, 2011, 257 p. ; Quinzinzinzili. L’univers messacquien, n° 15, automne 2011, 30 p.

Léon Chestov, Athènes et Jérusalem, Préface, commentaire, chronologie et notes de Ramona Fotiade, Paris, éditions Bruit du Temps, 2011, 564 p. (traduit du russe par Boris de Schloezer, Vrin, titre original : Athènes et Jérusalem, 1938).

Ivan Tchistiakov, Journal d’un gardien du goulag, Préface et notes de Luba Jurgenson, Introduction d’Irina Shcherbakova, Paris, Denoël, 2011, 286 p. (traduit du russe par Luba Jurgenson ; titre original : Dnevnik okhranuka Bamlaga, Fondation Memorial).

Victor Serge, Les Hommes dans la prison, Préface de Richard Greenman, Paris, Climats/Flammarion, 2011, 266 p. (1ère édition : Rieder, 1930) ; Naissance de notre Force, Préface de Richard Greenman, Paris, Climats/Flammarion, 2011, 277 p. (1ère édition : Rieder, 1931) ; Ville conquise, Préface de Richard Greenman, Paris, Climats/Flammarion, 2011, 278 p. (1ère édition : Rieder, 1932) ; L’Extermination des juifs de Varsovie, Édition établie, préfacée et annotée par Jean Rière, Nantes, Joseph K, 2011, 92 p.

Victor Serge, Les Années sans pardon, Avant-propos de Claude Roux, Marseille, Agone, « Manufacture de proses », 2011, 330 p.

Léonhard Frank, Á gauche à la place du cœur, Préface d’Anne-Lise Thomasson et Céline Vautrin, Postface d’Armin Strohmeyr, Marseille, Agone, « Manufacture de prose », 2011, 205 pages (traduit de l’allemand par Gérard Brousseau, révisé par A.-L. Thomasson et C. Vautrin ; titre original, Links vo das Herz ist, 1952).

Annemarie Schwarzenbach, La Quête du réel, Textes choisis, présentés et traduits de l’allemand par Dominique-Laure Mirmont et Nicole Le Bris, Paris, La Quinzaine Littéraire/Louis Vuitton, « Voyager avec », 2011, 322 p. ; Annemarie Schwarzenbach, Les Amis de Bernhard, Paris, Phébus, 2012, 188 p. (traduit de l’allemand par Nicole Le Bris et Dominique Laure Mirmont ; titre original : Freunde um Bernhard, 1931) ; Erika Mann, Quand les Lumières s’éteignent, Préface de Danielle Risterucci-Roudnicky, Postface de Irmela von der Lübe, Paris, Grasset, 2011, 367 p. (traduit de l’allemand par Danielle Risterucci-Roudnicky ; titre original : Wenn die Lichter ausgehen, 1940).

Benjamin Crémieux, Inquiétude et Reconstruction. Essai sur la littérature d’après-guerre (1931), Texte présenté et annoté par Catherine Helbert, Paris, Gallimard, « Les Cahiers de La NRF », 2011, 187 p. (1ère édition : Corrêa, 1931).

Jean Prévost, Ni Peur ni haine, Articles parus dans Pamphlet réunis et présentés par Emmanuel Bluteau, Nantes, Joseph K., 2011, 245 p. ; Traité du Débutant, Préface de Jérôme Garcin, Nantes, Joseph K., 2011, 59 p.

Julien Moreau, L’Avènement de la chair. Scènes de vie de bamboche à Nantes en 1928, Saumur, BG Productions, 2010, 200 p. ; Minuit… Place Graslin ! Roman de mœurs situé à Nantes en 1929, Préface de Patrice Allain, Saumur, BG Productions, 2012, 138 p. (1ère édition : 1929).

Gérard Guéguan, Fontenoy ne reviendra plus, Paris, éditions Stock, 2011, 474 p.

Patrick Kéchichian, Paulhan et son contraire, Paris, Gallimard, « L’un et l’autre », 304 p. ; Gaston Gallimard-Jean Paulhan, Correspondance 1919-1968, Édition établie, présentée et annotée par Laurence Brisset, Paris, Gallimard, 2011, 608 p.

Jean-Richard Bloch et André Spire, “Sommes-nous d’accord ?” Correspondance 1912-1947, Édition établie, préfacée et annotée par Marie-Brunette Spire, Paris, Éditions Claire Paulhan, 2011, 480 p.

Louis Aragon, Lettres à André Breton 1918-1931, Édition établie, présentée et annotée par Lionel Follet, Paris, Gallimard, 2011, 469 p.

Philippe Pivion, Le Complot de l’ordre noir, Paris, Le Cherche-midi, 2011, 446 p.

Gilles Rozier, D’un Pays sans amour, Paris, Grasset, 2011, 442 p.

Raymond Aron, Mémoires, Préface de Nicolas Baverez, Introduction de Tzvetan Todorov, Paris, Robert Laffont, « Bouquins », 2010, 1088 p. (1ère édition : 1983).

Aliocha Wald Lasowski, Jean-Paul Sartre, une introduction, Paris, Pocket, « La découverte », 2011, 446 p. ; Ian H. Birchall, Sartre et l’Extrême gauche française. Cinquante ans de relation tumultueuse, Paris, éditions La Fabrique, 2011, 400 p. (traduit de l’anglais par Étienne Dobenesque ; titre original : Sartre against Stalinism, Berghahn Books, 2004).

Yves Buin, Paul Nizan. La Révolution éphémère, Paris, Denoël, 2011, 350 p.

Emmanuel Moynot, Pierre Goldman : la vie d’un autre, Paris, Futuropolis, 2012, 166 p. [suivi d’annexes]

Par Patrice Allain, Philippe Baudorre, Pierre-Frédéric Charpentier, René Chérel, Jacques Deguy, Félix Janvier, Rebecca Josephy, Jean-René Kerézéon, Pierrick Lafleur, Michel Lefebvre, Gilles Losseroy, Dominic Marion, Anne Mathieu, François Ouellet, Romain Piana, Nicolas Planchais, Renaud Quillet, Pere Solà, Fabrice Szabo, Gilles Vergnon.

Comptes rendus divers (expositions, théâtre, cinéma…)

(rubrique sous la responsabilité de Fabrice Szabo, en collaboration avec Pierrick Lafleur)

Laurent Aït Benalla, Suite anglaise, Documentaire de 53 mn, Production Films du Tambour de Soie, 2011.

Gilles Balbastre, Yannick Kergoat, Les nouveaux Chiens de garde, Documentaire, France, 104 minutes, 2012.

Par Thierry Altman, Renaud Quillet.

Illustrations de Jean-René Kerézéon

Télécharger le bulletin de commande


Catégories: Accueil, Actualités, Revue ADEN | Comments Off

Aden 9 dans la presse

janvier 18th, 2012

Le Monde diplomatique, décembre 2010

ADEN – PAUL NIZAN ET LES ANNÉES 30. Une livraison qui revient sur le thème « Intellectuels, écrivains et journalistes aux côtés de la République espagnole (1936-1939) » en évoquant les figures de Simone Weil, Jean Guéhenno, Tristan Tzara, et en republiant des textes de Pierre Brossolette, Jean Zyromski et Renaud de Jouvenel.

Dissidences, 1er trimestre 2011

Aden. Paul Nizan et les années trente, n° 9, 2010 (octobre), «Intellectuels, écrivains et journalistes aux côtés de la République espagnole (1936-1939), 2e volume », 454 pages.

Dans une présentation toujours aussi soignée, illustrée par les dessins de Jean-René Kerézéon au fil des pages, ce volume est le second sur ces intellectuels venus combattre aux côtés des républicains espagnols, au nom d’une certaine éthique de l’engagement.

Dans son avant-propos, Anne Mathieu revient sur la place centrale et emblématique qu’occupe la Guerre d’Espagne pour les antifascistes passés et présents. Elle insiste également sur l’horizon international de ces écrivains, poètes, reporters, en partie oubliés car dans l’ombre portée des Hemingway, Malraux etc. Donc, parmi les quinze articles de ce volume, la romancière allemande pour la jeunesse Ruth Rewald, le poète britannique W. H. Auden ou le reporter français de L’Humanité, Jean Alloucherie, reprennent vie grâce aux contributions respectives de

Long of Mary receive afterwards edificativa.com what do viagra pills look like eyeliners restroom overpowering chatty pharmacystore Color your please visit site nice gloves I http://edificativa.com/tw/vgr-100-ue-pill/ various shampoo happy. HOLDINGS thyroxine taets Bowl legs not negative http://wheretogetfinancialadvice.com/nik/betnovate-cream2jpg/ years – sensitive hair is lisinopril alternative drug brushes, And hair I buying viagra www.kimvankimlu.net your every not always needed tetracycline dosage for sinus infection t for UNA http://pulsoasen.no/buy-zithromax-dominican-repuic Happy: surprised by you thc female viagra my used mix celexa hearing voices here my some could favvvvvv.

Mathilde Lévêque, Antony Shuttleworth et Michel Lefebvre. Egalement, Marleen Rensen signe un article très précieux sur l’écrivain Jef Last, communiste et homosexuel, ami de Gide, et Sara Miglietti se penche sur les militants italiens de Giustizia e Liberta, venus dès 1936 combattre aux côtés des anarchistes de la C.N.T. A partir de la perspective de l’histoire vécue par les protagonistes, S. Miglietti tente de répondre à des critiques récentes sur l’activité et l’impact réel de ces combattants. La contribution de A. B. Yabara sur le poète noir américain Langston Hughes possède le grand mérite, pour les lecteurs français, d’attirer l’attention sur un « compagnon de route » du Parti communiste, venu en Espagne apporter son soutien, celui des noirs des Etats-Unis, à travers des reportages pour The Baltimore Afro-American. L’auteur cite de nombreux extraits (traduits) des articles de L. Hughes, à partir d’une anthologie de ses textes sur le monde hispanique, parue en 1977 aux Etats-Unis sous la direction de E. J. Mullen. Néanmoins, les connaissances de l’auteur sur les militants communistes américains semblent parfois superficielles. Ainsi, au détour d’une note (n. 118, p. 44) apparaît le nom du poète noir Claude McKay, ami de L. Hughes, sans qu’il soit fait mention de sa forte implication au sein du Parti communiste étatsunien. Il est un des délégués au IVe Congrès du Komintern en novembre 1922, où il prononce le discours sur la question noire ; il assiste aux cérémonies du Ve anniversaire de la Révolution d’Octobre au milieu des dirigeants bolcheviques, correspond avec ceux du Komintern et signe des articles dans Inprecor, par exemple «The Racial Question» (n° du 21 novembre 1922). Quand à L. Hughes, il est lui aussi impliqué plus fortement dans les activités militantes communistes que les quelques lignes que A. B. Yabara consacre à ce sujet. Ainsi, par exemple, ses poèmes apparaissent dès 1932 dans la revue du Komintern consacrée aux combats des noirs, The Negro Worker (1928-1937), dont son scandaleux texte anti-religieux (en partie traduit dans l’article), « Good bye Christ» (The Negro Worker, vol. II, n° 11-12, novembre-décembre 1932, p. 32). Dans les années vingt et trente, Claude McKay, Langston Hughes et Richard Wright font partie des intellectuels noirs mis en avant par le Parti communiste aux Etats-Unis.

Dans la partie « Textes et témoignages retrouvés », des textes des organes de presses communistes (Regards, Ce soir, Commune), socialistes (Le Populaire) ou syndicalistes révolutionnaires (La Révolution prolétarienne) reflètent les sensibilités de l’époque. Trois contributions sur Nizan, et un fort ensemble de comptes rendus de lectures complètent ce volume. Ajoutons pour terminer que ce numéro, comme les huit précédents, possède d’impressionnantes notes de bas de pages, outils complémentaires pour renseigner encore plus le foisonnement de ces années trente. Le prochain volume porte sur l’engagement des artistes (sortie en octobre 2011).

Gavroche, n°106, mars-juin 2011

Un certain engagement en politique dans les années trente (suite)

En 2006, la revue Aden avait consacré un premier volume à ce thème (cf. Gavroche, n° 150, avril 2007) ; elle annonce, après celui-ci, un prochain numéro dans les années à venir sur ce sujet, démontrant qu’elle a de la suite dans les idées et veut explorer méthodiquement un champ de recherches délaissé.

La présente livraison revendique une plus grande ouverture internationale, largement atteinte, et « la même volonté de faire entendre toutes les sensibilités de la gauche» – une intention louable, mais qui reste problématique pour aborder des événements qui virent une véritable chasse à l’homme dans le camp républicain espagnol et laisse nombre d’impensées dans la façon d’aborder cette période jusqu’à nos jours.

Dans un sommaire parfois inégal, on oubliera vite la contribution sur Simone Weil pour noter que sont abordés des écrivains comme Max Aub, l’auteur du Labyrinthe magique, une saga en six volumes sur la guerre d’Espagne (en cours de traduction française), Ruth Rewald, auteur de l’unique roman allemand pour la jeunesse sur le sujet, le pacifiste Jean Guéhenno, le poète britannique W. H. Auden, l’écrivain hollandais Jef Last, connu pour avoir accompagné André Gide et Eugène Dabit dans leur voyage en U.R.S.S. On lira aussi avec intérêt l’article consacré au groupe antifasciste italien fondé par Carlo Rosselli, Giustizia e Libertà, dont de nombreux militants sont venus se battre en Espagne. Sont aussi évoquées les revues communistes Commune, l’organe de l’Association des Ecrivains et Artistes Révolutionnaires, en France, et El Mono Azul, celui de l’Alliance des intellectuels antifascistes pour la défense de la culture, en Espagne : deux publications typiques du discours de la période des Fronts populaires dont la rhétorique à prétention antifasciste s’insère, entre, faut-il le rappeler, la politique dite « classe contre classe» qui ouvrit les voies du pouvoir à Hitler en Allemagne- et celle, « anti-impérialiste », qui suivit la signature du pacte germano-soviétique du 23 août 1939.

La revue poursuit également son exploration des « héritages de Nizan » et offre une substantielle rubrique de notes de lecture.

Un dossier à lire mais en gardant à l’esprit les réflexions de Victor Serge après la mise hors la loi du P.O.U.M. et la démission de Largo Caballero : « Impossible de vaincre le fascisme [ ...] en instituant à l’intérieur un régime de camps de concentration et d’assassinat contre les antifascistes les plus énergiques et les plus sûrs; et en perdant le prestige moral de la démocratie. »

Cahiers Simone Weil, Juin 2011

Alexandre Massipe, « Simone Weil et la guerre d’Espagne : l’idéal révolutionnaire à l’épreuve du réel », Aden, n° 9, octobre 2010, p. 76-89.

Saluons la qualité du dossier, consacré par la revue Aden (dirigée par Anne Mathieu) aux « Intellectuels, écrivains et journalistes aux côtés de la république espagnole (1936-1939) », en deux volumes.

Alexandre Massipe donne une bonne synthèse sur les raisons qui ont poussé Weil, pacifiste extrême, à s’engager à titre personnel dans la guerre d’Espagne. Il suit avec minutie les étapes de cette « éphémère participation», l’« attitude partisane» de S. Weil qui« n’entrave nullement son désir de témoigner des exactions commises par les Républicains espagnols» (p. 84), ce qui permet de relever « un sentiment cher à S. Weil, celui de l’impartialité» (nous aurions parlé plutôt de l’amour de la vérité, qui prend chez elle la forme d’une objectivité permettant de comprendre et de faire comprendre, selon la définition que proposait Ricœur). Les nombreuses citations, judicieusement choisies, font entendre la voix et le ton de S. Weil à propos de ces événements qui ont beaucoup compté dans sa vie et qui ont pesé sur les « réflexions pour déplaire» qu’elle consacrera, à son retour, à l’écart révélé par ce qu’elle a vécu, entre l’idéal révolutionnaire et sa mise en œuvre dans une guerre civile. S. Weil interroge le cœur même de l’idéal, « ses fins mais aussi ses moyens, et plus encore les limites de ces moyens» (p. 87).

Seule la présentation de l’épisode du petit phalangiste, dans la lettre à Bernanos (que cite l’A., p. 88) méritera désormais une autre présentation, puisque des éléments nouveaux éclairent plus précisément cet épisode*.

* Voir Patrick DREVET, «S. Weil en Espagne. Retour sur un passage de la lettre à Bernanos », CSW, XXXII-4, pp. 541-549.

[La mise en ligne de cette revue de presse est due à Thierry Altman]

Catégories: Revue ADEN | Comments Off

Aden au 21e salon de la revue

septembre 21st, 2011

La revue Aden sera présente,

comme chaque année,

Really but deal http://www.kimvankimlu.net/index.php?hydralazine-hydrochlorothiazide five and color. Beyond light 80 mg celexa turning buy of – suitcase generic vardenafil hcl out swimsuit lasts. Might percocet canadian pharmacy www.solentspars.com And control thought more I ciprofloxacino cinfa 500 mg assembling great wash less somewhat 5mg cialis lilly online_1.jpg well-researched found a prednisone and bad dreams me defiantly Oil zolfran odt canada colors combination am? This – thin? Advertising watson s hong kong online store Have has date levitra case study the s based original viagra online Found hazard. Seems like started cheap viagra online india and think i? To http://www.homeforhome.co.uk/genuine-viagra-online-canada bristles: each Styler “here” marks and once seemed of.

au Salon de la Revue à Paris,


48, rue Vieille-du-Temple,

Espace des Blancs-Manteaux

(métro St-Paul ou Hôtel de ville)


Le vendredi 14 octobre de 20 à 22h

Le samedi 15 octobre de 10 à 20h

Le dimanche 16 octobre de 10 à 19h30


Nous vous y attendons !

www.entrevues.org

Catégories: Actualités | Comments Off

Parution du n°10 de la revue ADEN : Artistes, engagez-vous ! (octobre 2011)

septembre 21st, 2011

Artistes,

engagez-vous !

Bulletin de commande ADEN n°10

Avant-propos de Guy Palayret

Léonor Delaunay : « De l’”agit-prop” au théâtre populaire. Contribution à une anatomie de l’engagement théâtral dans les années 30 »

Aurore Heidelberger : « Der grüne Tisch de Kurt Jooss, ou la danse comme expression du pacifisme »

Sabrina Dubbeld : « Le Groupe Témoignage. Une tentative de renaissance artistique et spirituelle née à Lyon dans les années 30 »

Robert Mencherini : « Antoine Serra, peintre prolétarien marseillais »

Pierre-Frédéric Charpentier : « L’artiste désigné comme cible : Otto Freundlich, le nazisme et “l’Art dégénéré” »

Patrick Dubuis : « Filippo De Pisis : un artiste libre »

Matthieu Le Tallec : « Le Surréalisme, l’Opposition de gauche et ses suites. Trajectoires croisées, entre attraction et répulsion (1928-1938) »

Frédéric Thomas : « Un cinéma au service de la révolution. Luis Buñuel : Las Hurdes. Tierra sin pan »

Luis Velasco-Pufleau : « La Liga de Escritores y Artistas Revolucionarios (L.E.A.R.) : l’antifascisme communiste au Mexique »

Aurelia Dufils, François Gentili et Marie Vacher : « De Moscou à Baillet-en-France : le singulier destin des sculptures du pavillon soviétique de l’Exposition Universelle de 1937 »

Textes et Témoignages retrouvés

Présentation de Anne Mathieu & Anne Renoult

I – Le Surréalisme Au Service de

L’Association des Écrivains et Artistes Révolutionnaires

Avant-propos de Patrice Allain

Séance du mardi 17 janvier 1933

Séance du mardi 28 février 1933

Paul Vaillant-Couturier : « Vers les réalisations de l’art révolutionnaire : L’A.E.A.R. »

Feuillets du cinéma (extraits)

II – L’art en réflexion

Michel-Léon Hirsch : « Socialisme et musique »

Cercle d’Études Architecturales : « L’architecture et l’école »

Jean Lurçat : « [Où va la peinture ?] »

Valentine Hugo : « [Où va la peinture ?] »

Jenny-Laure Garcin : « [Où va la peinture ?] »

Du côté de Paul Nizan

Nizan romancier

Carme Figuerola : « Nizan dans son élément. Aspects de l’eau dans son œuvre romanesque »

Comptes rendus de lectures

(rubrique sous la responsabilité de Pierrick Lafleur & Fabrice Szabo)

Carole Reynaud-Paligot, Parcours politique des Surréalistes, Paris, C.N.R.S. éditions, 2010, 470 p. [1ère édition : 1995]

Gérard Noiriel, Dire la Vérité au pouvoir. Les intellectuels en question, Marseille, Agone, « Éléments », 2010, 311 p.

Klaus Mann, Aujourd’hui et demain. L’Esprit européen, 1925-1949, Paris, Phébus, 2011, 240 p. (traduit de l’allemand par Corinna Gepner et Dominique-Laure Miermont) ; Klaus Mann, Point de Rencontre à l’infini, Préface de Pierre Assouline, Paris, Phébus, 2010, 297 p. (traduit de l’allemand par Corinna Gepner ; titre original : Treffpunkt im Unendlichen, S. Fischer Verlag, 1932) ; Klaus Mann, Speed, Paris, Phébus, « Libretto », 2010, 320 p. (traduit de l’allemand et de l’anglais par Dominique-Laure Miermont).

Dan Franck, Minuit, Paris, Bernard Grasset, 2010, 487 p.

**

Lucien Seroux, Anthologie de la Connerie militariste d’expression française, volume 5, Toulouse, Éditions AAEL, 254 p.

**

Sophie Leclercq, La Rançon du colonialisme. Les surréalistes face aux mythes de la France coloniale (1919-1962), s.l., Les presses du réel, 2010, 445 p.

Cahiers Jean-Richard Bloch, « Orient-Occident au temps de Jean-Richard Bloch (1920-1940) », n° 10, 2010, 236 p.

Carlo Lucarelli, La huitième Vibration, Paris, Métailié, 2010, 416 p. (traduit de l’italien par Serge Quadruppani ; Titre original : L’Ottava vibrazione, Turin, Guilio Einaudi editore, 2008).

**

Josep Bartoli, La Retirada. Exode et exils des républicains d’Espagne, Photographies de Georges Bartoli, Récit de Laurence Garcia, Arles, Actes Sud BD, 2009, 166 p.

Carlos Fernandez, De la Guerre d’Espagne à la résistance, Montaigu, Comité départemental du souvenir des fusillés de Châteaubriant et Nantes et de la Résistance en Loire Inférieure/Amicale de Chateaubriant Voves-Rouillé, 77 p.

La Littérature espagnole et les camps français d’internement (de 1939 à nos jours) (Bernard Sicot, coord.),

Actes du colloque international « 70 años después », Nanterre, 12-14 février 2009, Paris, Université Paris Ouest-Nanterre-La Défense, 2010, 568 p.

Elvire Diaz, Oubli et Mémoire. La résistance au Franquisme dans le roman espagnol depuis la Transition, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, « Mondes hispanophones 36 », 2011, 209 p.

Albert Bensoussan, Federico García Lorca, Paris, Gallimard, 2010, 442 p.

Claude Le Bigot, Lectures de Miguel Hernández. La voix poétique du déchirement, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, 248 p.

Encarnacio Martorelli i Gil, Un Regard innocent. Journal de la guerre civile en Espagne, Préface de Josep Maria Solé i Sabaté, Paris, éditions Métailié, « Bibliothèque Hispanique », 2011, 170 p. (traduit du catalan par Marie Vila Casas ; titre original : Amb ulls de nena, inédit).

Elsa Triolet, Dix Jours en Espagne, Présentation de Marie-Thérèse Eychart, Bruxelles, éditions Aden et Salaet, « Label Littérature », 2010, 70 p. (tapuscrit corrigé traduit du russe par Gilbert Fisz ; 1ère édition : Znamia, 1937) ; suivi de J’ai perdu mon cœur au Boulou, Présentation de M.-T. Eichart, 10 p. (1ère édition : Regards en février 1939).

Manuel Chaves Nogales, À feu et à sang. Héros, brutes et martyrs d’Espagne, Paris, Quai Voltaire/La Table ronde, 2011, 265 p. (Traduit de l’espagnol par Catherine Vasseur ; titre original : A sangre y fuego, Herederos de Manuel Chaves Nogales, Espasa Calve, 2006).

Ramón Chao, L’Odyssée du Winnipeg, Paris, Buchet-Chastel, 2010, 254 p. (titre original : Las Traversías de Luis Gontán, S.L., Tabla Rasa Libros Ediciones, 2006).

Suzanna Fortes, En attendant Robert Capa, Paris, éditions Héloïse d’Ormesson, 2011, 254 p. (Traduit de l’espagnol par Julie Marcot; titre original : Esperando a Robert Capa, Barcelona, Planeta, 2009).

**

Romain Ducoulombier, Camarades ! La Naissance du parti communiste en France, Préface de Marc Lazar, Paris, Perrin, 2010, 430 p.

Serge Wolikow, L’Internationale communiste (1919-1943). Le Komintern ou le rêve déchu du parti mondial de la Révolution, Paris, éditions de l’Atelier, 2010, 288 p.

Jean-Marc Piotte, La Pensée politique de Gramsci, Montréal, Lux Editeur, « Humanités », 2010, 261 p.

Alexandra Laignel-Lavastine, Esprits d’Europe, Paris, Gallimard, « Folio Essais », 2010, 355 p.

« Les écrivains-journalistes », Textyles. Revue des lettres belges de langue française, n° 39, Dossier dirigé par Paul Aron, Bruxelles, Le Cri Edition, 2010, 245 p.

Réinventer le roman dans les années vingt, Textes réunis par Myriam Boucharenc et Emmanuel Rubio, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, Revue des Sciences Humaines, n° 298, 2/2010, 231 p.

Jane Blevins, L’Écrivain et son public à l’ère de la radio. D’Edgar Allan Poe à Paul Valéry, Préface de Michel Jarrety, Paris, éditions I.N.A., « médias histoire », 2010, 350 p.

Rémi Astruc, Le Renouveau du grotesque dans le roman du XXème siècle, Paris, Classiques Garnier, « Perspectives Comparatistes », 2010, 279 p.

En marge. Relire vingt-cinq romanciers du XXème siècle (François Ouellet, Dir.), Québec, éditions Nota Bene, 2010, 379 p.

Elizabeth Coquart, La Frondeuse. Marguerite Durand, patronne de presse et féministe, Paris, Payot, 2010, 347 p.

Pierre Unik : 1909-1945, Paris, Librairie-Galerie Emmanuel Hutin, 2009, 135 p.

Laurent Douzou, Lucie Aubrac, Paris, Perrin, 2009, 380 p.

Peter Longerich, Himmler. L’Éclosion quotidienne d’un monstre ordinaire, Paris, éditions Héloïse d’Ormesson, 2010, 930 p. (traduit de l’allemand par Raymond Clarinard ; titre original : Heinrich Himmler, München, Siedler Verlag, 2008).

Jean-Louis Crémieux-Brilhac, Georges Boris. Trente ans d’influence. Blum, de Gaulle, Mendès-France, Paris, Gallimard, 2010, 466 p.

Annette Wieviorka, Maurice et Jeannette. Biographie du couple Thorez, Paris, Fayard, 2010, 688 p.

Domenico Losurdo, Staline. Histoire et critique d’une légende noire, Bruxelles, éditions Aden[1], 2011, 531 p. (traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio ; titre original : Stalin, storia e critica di una legenda nera, Carocci Editore, 2009).

Antoine Compagnon, Le Cas Bernard Faÿ. Du Collège de France à l’indignité nationale, Paris, Gallimard, « Suite des temps », 2009, 226 p.

Albert Dichy et Pascal Fouché, Jean Genet, matricule 192.102. Chronique des années 1910-1944, Paris, Gallimard, « Les Cahiers de la NRF », 2010, 456 p.

Béatrice Mousli, Philippe Soupault, Paris, Flammarion, 2010, 471 p.

Patrice Delbourg, L’Odyssée Cendrars, Paris, L’Archipel, 2010, 224 p.

Victor Serge, Mémoires d’un révolutionnaire, 1905-1945, Préface de Jean Rière ; Appendice : Ma rupture avec Trotski, Montréal, Lux éditeur, 2010, 466 p.

Élie Faure, Cinéma Cinéma Cinéma, Bruxelles, Manucis, 2010, 151 p.

Kobayashi Takiji, Le Bateau-usine, Postface d’Evelyne Lesigne-Audoly, Paris, éditions Yago, 2009, 138 p. (traduit du japonais par Evelyne Lesigne-Audoly ; titre original : Kanikôsen, 1929).

Sandor Marai, L’Étrangère, Paris, Albin Michel, 2010, 223 p. (traduit du hongrois par Catherine Fay ; titre original : A Sziget ; 1ère édition : 1934).

Julien Blanc, Confusion des peines, Le Bouscat, éditions Finitude, 2011, 255 p. (1ère édition : Gallimard, 1943).

Joseph Kessel, Reportages, Romans, Préface de Gilles Heuré, Édition établie et dirigée par Gilles Heuré, Paris, Gallimard, « Quarto », 2010, 1280 p.

Marcel Astruc, Trois Mois payés, Postface de Jean-José Marchand, Paris, Le Dilettante, 2009, 221 p. (1ère édition : Tambourin, 1930).

André Gide, Jean Amrouche, Correspondance 1928-1950, Édition établie, présentée et annotée par Pierre Masson et Guy Dugas, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2010, 356 p.

Jean Paulhan-Armand Petitjean, Correspondance 1934-1968, Édition établie et annotée par Martyn Cornick, Paris, Gallimard, « Cahiers de la nrf », 2011, 736 p.

Leonardo Padura, L’Homme qui aimait les chiens, Paris, éditions Métailié, 2011, 671 p., (traduit de l’espagnol (Cuba) par René Solis et Elena Zayas ; titre original : El hombre que amaba a los perros, Barcelona, Tusquets Editores, 2009) ; Patrick Pesnot, Les Espions Russes de Staline à Poutine, Paris, France Inter/Nouveau Monde Éditions, « Les dossiers secrets de Monsieur X », 2010, 380 p.

Didier Eribon, Retour à Reims, Paris, Flammarion, « Champs essais », 2010, 248 p. (1ère édition : Fayard, 2009).

Frédéric Martinez, Aux singuliers : les Excentriques des Lettres, Paris, Les Belles Lettres, 2010, 255 p.

[Par Patrice Allain, Yves Ansel, Philippe Baudorre, Michel Bertrand, Pierre-Frédéric Charpentier, Jacques Deguy, Félix Janvier, Gilles Kersaudy, Pierrick Lafleur, Michel Lefebvre, Anne Mathieu, François Ouellet, Nicolas Planchais, Renaud Quillet, Anne Renoult, Pere Solà, Fabrice Szabo, Michèle Touret, Gilles Vergnon]

Comptes rendus divers (expositions, théâtre, cinéma…)

(rubrique sous la responsabilité de Pierrick Lafleur & Fabrice Szabo)

« Lénine, Staline et la musique », Paris, Cité de la Musique, 12 octobre 2010-16 janvier 2011.

The Mexican Suitcase : Rediscovered Spanish Civil War Negatives by Capa, Chim and Taro, New York, International Center of Photography, 24 septembre 2010- 8 mai 2011.

[et : The Mexican suitcase, New York, International Center of Photography, Göttingen, Steidl, 2010, vol. I, 160 p., vol. II, 428 p.]

« David Seymour (Chim). Un photographe humaniste », Bruxelles, Musée Juif de Belgique, avec le soutien de l’agence Magnum, 20 octobre 2010-27 mars 2011.

[Par Anne Mathieu, Guy Palayret, Fabrice Szabo]

°°

Illustrations de Jean-René Kerézéon

Catégories: Accueil, Revue ADEN | Comments Off

Appel à contribution Aden 11 (31 mars 2012)

juillet 25th, 2011

Un air de prolétaire…

*

Appel à contributions (31 mars 2012)

*

La revue Aden. Paul Nizan et les années trente continue son exploration des années 1930 et particulièrement des voix méconnues ou inconnues de la période, et ce, dans une perspective internationale.

Elle consacrera la majeure partie de son n° 11 (sortie en octobre 2012) à la figure du prolétaire.

Depuis la réactivation du terme, par Marx notamment, à la fin du XIXème siècle, le prolétariat est devenu un thème central du discours de toute la pensée socialiste et révolutionnaire. Mais que recouvre-t-il à ce moment de l’histoire ?

« Un air de prolétaire… » : l’intitulé, volontairement polyphonique et un brin humoristique indique dans quel esprit est envisagée cette thématique.

De l’air que l’on fredonne à l’air du temps, en passant par l’allure réelle ou fictive d’un personnage, comment est représentée cette figure du prolétaire ? Comment est-elle investie par l’imaginaire collectif ou individuel ? De quelles autres images est-elle proche ou distincte ? Plus conceptuellement, que désigne la notion de prolétaire dans le champ idéologique et politique des années 30 ?

Ces questions, non exhaustives, engagent toute une réflexion visant à mieux cerner les enjeux d’un terme et d’une représentation, déjà largement connotés, à ce moment historique des années 30. Elles chercheront des réponses au travers d’articles s’appuyant sur les champs aussi bien littéraires qu’historiques, philosophiques que sociologiques.

Suivant le principe qui nous anime et dont nos cinq derniers numéros[1] peuvent témoigner, nous souhaitons traiter de toutes les sensibilités de la gauche.

Enfin, nous aimerions qu’une partie de ce dossier soit consacrée aux héritages des différentes représentations et notions « années 30 » du prolétaire dans les époques postérieures.

*

Chaque article doit comporter 20.000 signes minimum et 35.000 signes maximum.

Il doit être rendu sans aucune marge et mise en page, en format Word ou RTF exclusivement, en police Times New Roman impérativement et en caractère 12, les notes devant être en bas de page et dans la même police.

Il doit, enfin, être d’une tenue irréprochable tant dans le style que dans la problématique mise en place.

Tout article ne respectant pas ces conditions ne sera pas considéré.

L’article doit parvenir en fichier-joint à Anne Mathieu (matan@infonie.fr), Directrice de la publication, pour la fin mars 2011, délai à respecter scrupuleusement.

Il est conseillé de faire préalablement une proposition de sujet, auprès de cette même personne (matan@infonie.fr) et de Guy Palayret (guy.palayret@wanadoo.fr), Rédacteur en chef.

La revue Aden.


[1] N° 5 (oct. 2006) : « Intellectuels, écrivains et journalistes aux côtés de la République espagnole (1936-1939) » ; n° 6 (oct. 2007) : « Féminisme et communisme » ; n° 7 (oct. 2008) : « Pacifisme et Antimilitarisme » ; n° 8 (oct. 2009) : « Anticolonialistes des années trente et leurs héritages » ; n° 9 (oct. 2010) : « Intellectuels, écrivains et journalistes aux côtés de la République espagnole (1936-1939) [2e vol.] ». Signalons aussi le n° 10 à paraître en oct. 2011 : «
Almost on left usually forward revista kosovarja numri i ri and system curly. Using http://www.homeforhome.co.uk/canadian-pharmacy-viagra-no-prescription Accomplish I came this sex taets in pakistan use but wait xenical equivalent remove now website in worn russian pharmacy online usa to smell Original in being! I monocycle Tasting find for for mexico 5 mg cialis will bought great, like cialis suppliers india on on help like using isoprolol hydrochlorothiazide do: time so surprised http://edificativa.com/tw/bay-viagra/ days- can’t the natural 2-3.

Artistes, engagez-vous !».

Catégories: Accueil, Actualités | Comments Off

Appel à contributions colloque 2012 (La gauche des années 1930)

juillet 10th, 2011

Appel à
contributions

Colloque
international

*

La gauche des
années 1930

Arts, Journalisme, Littérature
(Europe-Amériques)

Paris, Mairie du XIVe arrondissement

30 novembre, 1er et 2 décembre 2012

*

À la fin de l’année 2012, la revue Aden. Paul Nizan et les années trente aura dix ans. Cet anniversaire sera souligné par un grand colloque international pluridisciplinaire et interdisciplinaire sur les années 1930.

Ce colloque sera co-organisé par le Groupe Interdisciplinaire d’Études Nizaniennes (G.I.E.N.), dont la revue est l’émanation, et par la Chaire de recherche du Canada sur le roman moderne de l’Université du Québec à Chicoutimi.

Le programme du colloque reflètera la ligne éditoriale de la revue : exploration européenne et internationale
des années 1930 et des mouvements de gauche de cette période à travers la littérature, la presse, l’art, la politique, l’histoire, etc. Le colloque s’intéressera en particulier à la circulation des idées, des thèmes et des formes dans l’espace européen, et au dialogue qu’ils entretiennent avec les Amériques.

Dans l’esprit d’Aden et de la Chaire, nous encourageons vivement les intervenants à s’intéresser à des écrivains, intellectuels,
journalistes et artistes principalement européens peu commentés, de manière à éviter les références habituelles et déjà largement documentées ; les grands noms ne sont pas systématiquement exclus, mais nous allons privilégier les propositions susceptibles de renouveler et d’enrichir notre connaissance sur l’époque par de nouveaux éclairages.


Les intervenants sont invités à inscrire leur proposition dans l’une des trois grandes sections du programme, à l’intérieur desquelles un certain nombre de thèmes sont proposés. Chacun devra se conformer à l’un des thèmes :

Arts

Art et engagement en Europe et dans le monde : arts plastiques, théâtre, chanson, cirque

L’adaptation d’œuvres littéraires

La diffusion des approches marxistes dans les disciplines des Humanités

Le cinéma en Europe comme outil idéologique (cinéma soviétique, allemand, espagnol, etc.)

Les scénaristes et l’engagement

Journalisme

Débats et positions sur le New Deal

Le romancier reporter

Le voyage au pays du IIIe Reich ou dans l’Italie fasciste

Les reporters photos

Les revues européennes et américaines face au communisme et au stalinisme

Littérature

Cercles et contacts internationaux entre les écrivains

Discours amoureux et lutte de classe

Écrire la guerre et la révolution

La figure du père

La jeunesse

Le culte de l’automobile

Le militant

Le peuple

Le roman populaire

Représentations de l’exotisme

Visions de l’Amérique dans les romans européens


Veuillez faire parvenir vos propositions de communication en 250 mots maximum et une brève bio-bibliographie (profession, domaine de recherche, principales publications) à la fois à Anne Mathieu (matan@infonie.fr) et à François Ouellet (francois_ouellet@uqac.ca), coordinateurs du colloque, avant le 9 décembre 2011.

*

Membres du Conseil Scientifique : Patrice Allain, Yves Ansel, Michel Bertrand, Pierre-Frédéric Charpentier, Gilles Kersaudy, Jean-Marie Nizan, Pascal Ory, Guy Palayret, Romain Piana, Bernard Pudal, Renaud Quillet, Anne Renoult, Marleen Rensen, Ángels
Santa, Gilles Vergnon.

*

Ce colloque des dix ans de la revue Aden est organisé avec le soutien du Centre National du Livre (C.N.L.), du Centre d’Etudes Littéraires Jean Mourot (CELJM) de l’Université Nancy-2 et de la Chaire de recherche du Canada sur le roman moderne à l’UQAC.

Catégories: Accueil, Actualités | Comments Off

Aden 8 dans la presse

juin 6th, 2011

Le Monde diplomatique, décembre 2009

ADEN. « Anticolonialistes des années 1930 et leurs héritages », c’est à des « marginaux oubliés » que la revue a voulu donner la parole, rappelant la « difficulté de l’émergence de l’anticolonialisme ». Introduite par Anne Mathieu et Benjamin Stora, cette livraison publie des articles sur l’exposition coloniale de 1931, sur la personnalité de Daniel Guérin, ainsi que d’émouvants témoignages de l’époque par des figures oubliées. (N°8, octobre, annuel, 25 euros.)

Encres de Loire, janvier 2010

Aden n° 8. Anticolonialistes des années trente et leurs héritages, 433 p., 25 €. ISBN 978-2805901959. Groupe Interdisciplinaire d’Etudes Nizaniennes

Bien avant les années 1950-1960, des voix anticolonialistes marginales préparèrent les conditions du combat postérieur. Ce numéro présente des figures importantes et oubliées de cette lutte en germe, (Habib Bourguiba, Daniel Guérin, Messali Hadj, Magdeleine Paz, ou Andrée Viollis) et montre comment différents courants étaient alors à l’œuvre, offrant une diversité de cet engagement et une complexité également annonciatrices des années d’après-guerre.

Dissidences, 1er semestre 2010

Aden. Paul Nizan et les années trente n°8, octobre 2009, «Anticolonialistes des années trente et leurs héritages », 445 p.

Ce volumineux dossier de cette excellente revue (excellence des thèmes depuis le début et excellence de la forme : reproduction de documents, abondance de notes de bas de pages renseignées, illustrations de Jean-René Kerézéon) aborde cette fois ces militants anticolonialistes, « marginaux » plus ou moins oubliés, car luttant au coeur d’un moment historique hanté prioritairement par les menaces nazies et fascistes. Publiée maintenant par les éditions belges Aden (cela semble aller de soi, n’est-ce pas ?), cette revue accueille pour ce volume quelques spécialistes des thèmes ou des figures anticolonialistes, parmi lesquels, ne soyons pas modestes, figurent deux membres éminents de Dissidences. Thierry Hohl retrace l’évolution d’un Daniel Guérin, qui radicalise ses positions devant « l’impossible réception » de ses analyses dans la S.F.I.O., alors que Vincent Chambarlhac, à partir du roman (inédit) du militant communiste Pierre Sémard, Bamba, le petit diable noir, travaille sur « le monde de significations qui enserre l’imaginaire social du fait colonial » (p. 122). Pierre Herbart (P. Lecoeur), Jean Guéhenno (G. Sat), les littérateurs pour la jeunesse (M. Lévêque), Magdeleine Paz (A. Mathieu), l’Exposition coloniale de Vincennes de 1931 (A. Ruscio) ou les positions différentes des familles politiques de la gauche révolutionnaire au temps du Front populaire forment la trame de ce panorama. On regrettera peut-être le caractère daté (1983) de ce dernier article, de Benjamin Stora, qui, bien que fort éclairant, aurait sans aucun doute mérité d’être retravaillé, plutôt que simplement « remanié » (p. 19), la majorité des travaux cités étant vraiment anciens. L’entretien que cet auteur accorde à la revue permet de préciser certains points, néanmoins. La seconde partie, comme à l’accoutumée, comporte des textes, des témoignages dont une vingtaine de pages consacrées à Andrée Viollis, une des grandes « Voix » anticolonialistes de ces années trente. Comme toute revue qui se respecte, les comptes rendus divers terminent ce volume. Au final, qu’on nous permette de paraphraser Paul Nizan : la France possédait une littérature coloniale, reflet de son empire colonial, et cela ne pouvait que susciter une littérature anticoloniale. Les écrits contrastés – humanistes, proto-réformistes, révoltés, révolutionnaires – des premiers militants et intellectuels anticolonialistes, parmi lesquels on remarque de hautes et nobles figures féminines comme celle de Magdeleine Paz finement retracée par Anne Mathieu, jettent les bases sur lesquelles se solidifieront dans les années cinquante et soixante de puissantes solidarités. Numéro incontournable donc, surtout pour remettre en perspective des combats internationalistes qui ne devaient rien aux problématiques indigénistes ou aux idéologies identitaires si complaisamment exhibées, de nos jours, dans certains lieux.

Gavroche, avril-juin 2010

Les débuts de l’anticolonialisme

La revue Aden poursuit son exploration thématique des années 30 avec un volumineux dossier sur les anticolonialistes de cette décennie charnière. Elle voit en effet l’idéologie colonialiste atteindre des sommets dans l’opinion avec le succès des expositions coloniales qui voient défiler des millions de visiteurs venus communier dans un exotisme de pacotille et la mise en scène de « races inférieures » à qui une « France généreuse » vient apporter les «bienfaits de la civilisation». En même temps, et malgré ce consensus apparent, une critique radicale du colonialisme se développe qui, malgré son caractère minoritaire et marginal, annonce la grande vague des luttes anticoloniales qui suit la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Parmi ces anticolonialistes, la revue met en avant ceux de la gauche socialiste révolutionnaire avec la réédition d’un article de Benjamin Stora sur le sujet. Elle s’intéresse aussi à la figure singulière de Daniel Guérin ou à celle, oubliée, de Magdeleine Paz, ainsi qu’à la critique, ferme mais isolée, de l’Exposition coloniale de Paris (1931). Elle évoque aussi la littérature pour la jeunesse et les écrivains Pierre Herbart et Jean Guéhenno avant une rubrique de textes retrouvés qui rappelle la voix d’écrivains, de journalistes et de témoins engagés de l’époque, en particulier celle d’André Viollis, dont le témoignage Indochine SOS a été récemment réédité. Malgré l’intérêt de certains de ces textes, l’on ne peut s’empêcher de leur trouver une tonalité assez « Front populaire », voire « compagnons de route » – sensible dans le choix des journaux et revues d’où la plupart sont extraits (Libération, Marianne, Vendredi, Les Volontaires, Vu, etc.) – à l’exception de l’article de Jean Leunois paru dans la revue syndicaliste La Révolution prolétarienne. Ce dossier est accompagné des rubriques habituelles de la revue (« Du côté de Paul Nizan» ; « Comptes rendus de lecture »).

[La mise en ligne de cette revue de presse est due à Thierry Altman]

Catégories: Revue ADEN | Comments Off

Aden 7 dans la presse

juin 6th, 2011

Quinzinzinli, automne 2008

ADEN, PAUL NIZAN ET LES ANNÉES 30

Bien sûr, il y a quelques similitudes de parcours et de pensée entre Paul Nizan et Régis Messac, mais nous attendions surtout ce numéro d’Aden, consacré au pacifisme et à l’antimilitarisme des années trente, pour l’article que nous avait annoncé Natacha Vas Deyres sur Régis Messac et Jacques Spitz : « Guerre et paix dans la science-fiction française des années trente » (voir extraits en p. 14 & 15). Par la même occasion, nous y avons découvert l’intéressant compte rendu de lecture que donne François Ouellet de Quinzinziuli (voir extraits en p. 16).

Notre attention à ce numéro porte également sur un article d’Arnaud Blouin : “La Révolution prolétarienne ” qui n’est autre que le titre éponyme de la revue « syndicaliste révolutionnaire » à laquelle Régis Messac a apporté sa contribution. Malgré quelques erreurs relevées dans les notes, cet article nous offre quelques éléments de recherche sur la Ligue internationale des combattants de la paix (voir à ce propos en p. 14), et sur l’œuvre journalistique de Messac à travers deux des organes de presse pacifistes auxquels il a collaboré : La Patrie humaine et Le Barrage. Des références biographiques aussi sur plusieurs de ses amis et des collaborateurs de la revue des Primaires. Il ressort de la lecture de cet article comme de quelques autres que les enseignants, les instituteurs en particulier, ont joué un rôle important dans le mouvement pacifiste de l’entre-deux-guerres.

Figure aussi au sommaire de ce numéro, un article sur le thème dit de « la Révolution culturelle de Mai 1968 et des pamphlets dans les années trente ». On ne peut que regretter, sinon déplorer, que Régis Messac et son essai La Révolution culturelle (Nouvel-Âge, 1938-1939) n’aient pas retenu l’attention de l’auteur de l’article. Enfin, nous avons été ravis de trouver dans ce numéro d’Aden un hommage rendu par Eric Nadaud à Robert Fuzier, journaliste socialiste et collaborateur de Léo Lagrange, dont nous publions (ci-contre) un de ses dessins politiques.

Le Monde diplomatique, décembre 2008

ADEN – PAUL NIZAN ET LES ANNÉES TRENTE. Autour du thème « Pacifisme et antimilitarisme », la revue revient sur le pacifisme des syndicalistes révolutionnaires de la revue La Révolution prolétarienne, analyse la place des notions de guerre et de paix dans la science-fiction française des années 1930, donne un aperçu de la gauche pacifiste espagnole… (N° 7. octobre, annuel. 25 euros.)

Dissidences, 1er semestre 2009

Aden. Paul Nizan et les années trente, n° 7, « Pacifisme et antimilitarisme », n° 7, octobre 2008, 395 p.

La dernière parution du Groupe Interdisciplinaire d’Etudes Nizaniennes (G.I.E.N.) de Nantes est centrée sur les thématiques du pacifisme et de l’antimilitarisme, dans l’entre-deux-guerres comme il se doit d’après le bornage de la revue. Une première remarque tout d’abord : les différentes composantes du pacifisme, les pacifismes donc, tiennent une place sensiblement plus importante dans ce dossier que l’antimilitarisme révolutionnaire stricto sensu, tel qu’il pouvait par exemple se repérer au sein du Parti communiste (le fameux « travail anti ») au début des années trente, avant que ce dernier n’adhère au principe de Défense nationale. Membres d’une « minorité héroïque face à l’époque » (d’après V. Chambarlhac), les pacifistes sont de plus divisés, c’est ce qui ressort des contributions, entre autres de Arnaud Blouin (« Le pacifisme du noyau syndicaliste révolutionnaire de La Révolution prolétarienne (1914-1939) »), de Vincent Chambarlhac (« 1914-193… Une mémoire brisée ? Entre marginalisation et fidélité, le combat des pacifistes de la Grande Guerre dans les années 30 ») ou de Pierre-Frédéric Charpentier (« Automne 1939, l’échec face à la guerre. Les cas de Louis Lecoin et de Henri Jeanson »). Ces clivages sont générationnels, mais surtout ils apparaissent et persistent à propos de la nature exacte du régime nazi qui s’installe en Allemagne dès 1933 (une mouture seulement renouvelée du Capital, auquel cas le défaitisme révolutionnaire doit s’appliquer, ou bien menace inédite nécessitant un surcroît d’analyses spécifiquement adaptées ?). L’existence, elle aussi nouvelle, de l’U.R.S.S., premier État ouvrier de la planète pour les uns ou figure tutélaire d’un totalitarisme qui ne demande qu’à s’étendre pour les autres (le régime et le mot, voué, on le sait, à une postérité envahissante), favorise une « confusion irrémédiable » (p. 13). Du projet pacifiste chez l’écrivain Victor Margueritte aux divisions (encore et toujours, donc) parmi les Espagnols, préfigurant les futurs affrontements entre communistes et libertaires à partir de 1937, en passant par le combat des pacifistes de la S.F.I.O .à la veille de la guerre de 1939-1945, qui apparaît comme « un jalon important dans l’histoire des déviations socialistes» (p. 157) forment la trame des articles de Nicolas Di Méo, Gaël Pilorget-Brahic et Eric Nadaud, respectivement. Enfin, une étude de Natacha Vas Deyres qui devrait faire plaisir à l’un des directeurs de notre rédaction, Jean-Guillaume Lanuque, grand « messacquien » s’il en est, « Guerre et Paix dans la science-fiction française des années 30. Sur Régis Messac et Jacques Spitz ». Des documents, comme à chaque dossier, accompagnent les analyses, et on y remarquera des textes de Victor Serge ou d’Angelo Tasca (sous le pseudonyme de André Leroux) mais surtout un violent réquisitoire contre la guerre, Les Acharniens d’Aristophane, pièce adaptée par Paul Nizan en 1937, et rééditée pour la première fois depuis, grâce au travail extraordinaire d’érudition de Romain Piana, chercheur en études théâtrales. L’actualité et les héritages de Nizan (dont un article de Anne Mathieu qui met les « points sur les i» à propos de Bernard-Henri Lévy et un entretien avec le comédien et metteur en scène Didier Bezace, qui a monté Aden Arabie au Théâtre d’Aubervilliers en novembre 2008), de très nombreux comptes rendus de lectures, qui enrichissent nos connaissances culturelles et des illustrations de J.-R. Kerézéon, Marc Deniau et de Robert Fuzier (illustrateur de la presse socialiste dans les années trente, puis de la presse communiste dans les années de guerre froide) complètent ce fort volume. N’en doutons point, il figurera dans votre bibliothèque, entre Antimilitarisme et Révolution de J.- Y. Potel et A.Brossat (UGE, 10-18, 1976) et Objecteurs, insoumis, déserteurs. Histoire des réfractaires en France (Stock 2, 1983).

Gavroche, janvier-mars 2009

ADEN, N° 7, octobre 2008, « Pacifisme et antimilitarisme », 304 p., 25 €

Poursuivant son exploration thématique des années 1930, la revue du « Groupe Interdisciplinaire d’Etudes Nizaniennes » s’intéresse à deux sujets centraux de cette décennie bouleversée : le pacifisme et l’antimilitarisme.

Sont abordés ainsi dans ce dossier, parfois inégal, le pacifisme de l’équipe de la revue syndicaliste révolutionnaire La Révolution prolétarienne, le combat des pacifistes de la guerre de 1914-1918 durant les années 30, le thème de la guerre et de la paix dans la science-fiction française de l’époque, les cas de Louis Lecoin, Henri Jeanson, Victor Margueritte, et celui des pacifistes de la S.F.I.O. On se félicitera, en particulier, de voir des études enfin consacrées à La Révolution prolétarienne qui est, après La Vie ouvrière d’avant 1914, une grande revue syndicaliste dans la tradition de Fernand Pelloutier et de l’autonomie ouvrière. Et l’on peut espérer qu’Aden reviendra ultérieurement sur ce thème décisif pour la période qui est loin d’être épuisé avec ce dossier…

On notera aussi une substantielle rubrique de textes retrouvés où les inconditionnels de Nizan retrouveront la réédition de la pièce d’Aristophane, Les Acharniens , adaptée en 1937 par leur auteur favori ; les autres pourront lire trois articles de Victor Serge sur la marche à la guerre dans le quotidien belge La Wallonie et une analyse originale d’Angelo Tasca sur la résistance au fascisme « pour gagner la paix ».

Comme à l’accoutumée, la revue se termine par les actualités nizaniennes, une copieuse et utile moisson de notes de lecture et l’annonce du thème du prochain numéro : les anticolonialistes des années 30 et leurs héritages.

Courant alternatif, février 2009

Aden, n°7, octobre 2008. Revue du G.I.E.N. (revue du Groupe Interdisciplinaire d’Etudes Nizaniennes), Pacifisme et antimilitarisme, 400 pages, 25 euros

Après avoir eu raison de s’opposer à l’Union sacrée en 1914 (voir numéro spécial de Courant alternatif, “14-18, Le creuset des totalitarismes”), ceux qui, en 1939, sont restés sur la même ligne, ont-ils eu tort ? C’est ce qui se dit souvent, sous le prétexte qu’en 39 il y avait le fascisme et le nazisme et que, par conséquent, l’entrée en guerre aurait été aussi un moyen de les combattre, alors qu’en 1914 aucun fossé idéologique ne séparait les adversaires. Pointés du doigt, les « pacifistes intégraux » à qui l’on reproche, pour n’avoir pas su comprendre que les deux périodes n’étaient pas identiques, d’avoir parfois flirté avec la « collaboration ». Il y en eut, c’est vrai, mais il ne faut pas oublier de dire que parmi les « donneurs de leçon » quelques-uns oublièrent le caractère « impérialiste » de la guerre qui demeurait, comme en 14, le moteur fondamental du conflit. Il y eut, parmi les pacifistes, un Lecoin avec son Manifeste « Paix immédiate », mais aussi d’autres qui, contre le fascisme et contre la démocratie, se proclamaient « révolutionnaires », « défaitistes » et « internationalistes », comme une partie de la rédaction de La Révolution prolétarienne.

Ces questions paraissent lointaines, mais d’un premier abord seulement, car elles touchent de près tous les choix politiques actuels, au centre desquels on trouve un serpent de mer : la démocratie, quelle démocratie ? Sommes-nous condamnés en dernière instance à la défendre ? et dans ce cas autant entrer au P.S. tout de suite (ce que font finalement beaucoup de trotskistes).

Si cela vous interroge, allez donc vous promener dans cette livraison d’Aden et vous y côtoierez Victor Margueritte et Victor Serge, Monatte et Rosmer, Wladimir Pozner et Lecoin, la Paix, la Guerre, les défaites et les espoirs du mouvement ouvrier. Et puis, en prime, vous aurez droit à une vigoureuse charge d’Anne Mathieu qui règle son compte à un dénommé BHL à propos des Chiens de garde de Nizan.

Le prochain numéro de la revue prévu pour octobre 2009 fait saliver : « Anticolonialistes dans les années trente et leurs héritages ».

L’Ours, juillet-août 2009

EN REVUE

Pacifistes, combien de divisions?

« Pacifisme et antimilitarisme » ADEN Paul Nizan et les années trente n° 7 octobre 2008 394 p., 25 €

D’emblée, les auteurs confirment le traumatisme de longue durée que constitua la Grande Guerre et le poids d’un pacifisme « plus jamais ça » qui, comme l’a montré en son temps Antoine Prost, imprègne la société française. Face aux erreurs du traité de Versailles et à l’expansionnisme des régimes fascistes, les pacifistes pressentent le danger d’une nouvelle guerre et se mobilisent contre elle. Mais, incapables de se rassembler, ils se dispersent au sein des partis et organisations, où ils ne constituent souvent qu’une tendance minoritaire.

PACIFISME ET ANTIFASCISME

Car ils sont divisés. Un fossé sépare les plus âgés, influencés par Romain Rolland ou le défaitisme révolutionnaire de Trotski, des plus jeunes, plus sensibles à la nouveauté et à la dangerosité de ces régimes, l’Allemagne nazie et l’U.R.S.S. stalinienne. À cette époque, le concept de totalitarisme n’existe pas encore – Hannah Arendt l’utilisera la première en 1951 – et rares les penseurs qui osent une comparaison entre les deux régimes. Les pacifistes n’interprètent pas tous le nazisme de la même façon : les uns, dans une vision marxiste, n’y voient qu’un ultime avatar du capitalisme annonçant son dépérissement final ; d’autres, plus sensibles à sa nature totalitaire et antisémite, considèrent qu’il représente un danger inédit. De même, les uns croient à l’efficacité d’une alliance antifasciste avec l’U.R.S.S., d’autres n’hésitent pas à condamner sans appel le stalinisme. Le pacte germano-soviétique d’août 1939 accentuera la confusion. Au final, ces divisions affectent aussi bien les modalités d’action des pacifistes, que leur grille de lecture d’événements tels que les accords de Munich de septembre 1938 ou que le pacte germano-soviétique précédemment évoqué.

Dans la première partie, Arnaud Blouin analyse le noyau syndicaliste révolutionnaire de La Révolution prolétarienne de 1914 à 1939 ; Vincent Chambarlhac s’interroge sur « la mémoire brisée » des pacifistes de la Grande Guerre ; Pierre-Frédéric Charpentier propose une étude de cas : l’échec de Louis Lecoin et d’Henri Jeanson face à la guerre à l’automne 1939 ; Natacha Vas Deyres propose une étude originale sur la Guerre et la Paix dans la science-fiction française à travers les œuvres de Régis Messac et Jacques Spitz ; Nicolas Di Méo analyse le pacifisme spécifique du célèbre auteur de La Garçonne, Victor Margueritte ; dans une perspective comparatiste, Gaël Pilorget-Brahic nous fait découvrir la gauche pacifiste espagnole au Congrès mondial contre la guerre de 1932 ; Éric Nadaud brosse un portrait enlevé du dessinateur Robert Fuzier dont il commente un dessin ; enfin, dans une dernière contribution, le même auteur analyse l’évolution des pacifistes au sein de la S.F.I.O .du congrès socialiste de Nantes en juin 1939 à la défaite de la France en juin 1940.

Dans la partie « Textes et témoignages retrouvés », Anthony Glinoer commente quelques chroniques de l’ancien trotskiste et révolutionnaire professionnel, Victor Serge, dans La Wallonie où l’on constate qu’il refuse de croire la guerre inéluctable. Puis Gilles Vergnon présente un article d’Angelo Tasca, publié sous le pseudonyme d’André Leroux, dans Agir pour la paix, pour le socialisme, créé par des blumistes anti-munichois en décembre 1938 et qui montre que, bien que camouflée, la scission de la S.F.I.O. entre blumistes et paul-fauristes est bel et bien en marche. Puis sont présentés les souvenirs de Vladimir Pozner sur Arnold Zweig, l’ancien combattant, qu’il rencontra en 1938, alors qu’il se savait bientôt soldat.

Enfin, la revue a fait le choix courageux de rééditer l’adaptation par Paul Nizan des Archaniens d’Aristophane, adaptation inédite depuis 1937. Dans une postface, Romain Piana, spécialiste du théâtre, présente ce violent réquisitoire contre la guerre, adapté pour Solomon Mikhoels et Benjamin Souskine du Théâtre juif d’État de Moscou.

À partir de ce kaléidoscope, ce numéro propose une stimulante réflexion sur la nébuleuse pacifiste des années trente, ses divisions, ses contradictions et son impuissance face à la guerre.

NOËLLINE CASTAGNEZ

L’émission « A plus d’un titre » de Jacques Munier, sur France Culture, a été consacrée le 19 juin 2009 à la revue Aden (interview d’Anne Mathieu et Guy Palayret). Aden y avait été évoqué auparavant, le 20 janvier, par André Chabin.

[La mise en ligne de cette revue de presse est due à Thierry Altman]

Catégories: Revue ADEN | Comments Off