La revue ADEN est en danger ! En savoir plus.

Arrow up
Arrow down

« Que pas une de nos actions ne soit pure de la colère » (Aden Arabie, 1931)

Revue ADEN

ADEN 15
ADEN 15

Février 1934 et les écrivains français
* n° 15 de la revue Aden. Paul Nizan et les années trente (novembre 2016) [ ... ]

ADEN 14
ADEN 14

Amour et lutte des classes * n° 14 de la revue Aden. Paul Nizan et les années trente (octobre 2015) *
 

ADEN 10
ADEN 10

Artistes,  engagez-vous !  

Index de l'article


Anne MATHIEU
(co-fondatrice et vice-présidente du G.I.E.N. [ancienne secrétaire, 2000-2008] ; Directrice de la revue Aden ; intervenante aux colloques du G.I.E.N. ; intervenante au colloque de Lleida de 2005)

" Je me souviens... " : D'abord, il y eut La Conspiration. J'avais quinze ans, et ce roman, comme les écrits de Sartre, de Beauvoir, me sauva des questionnements et autres mal-être de l'adolescence. Nizan lui aussi donnait un sens à ma vie, mettait des mots sur des émotions, fournissait un cadre à ma révolte. Refermant le livre, je me jurai solennellement de ne jamais être " une larv[e] en nourrice en attendant d'être [un] brillant insect[e] de cinquante ans ". Vaste programme. Venue à Nizan par les mémoires de Beauvoir qui m'amenèrent logiquement, à la même époque, à découvrir Sartre, le premier fut par la suite éclipsé par le second. Mais c'est bien les deux que je portais en bandoulière, avec intransigeance et radicalisme. Une sorte de bigote laïque, en somme.
Puis ce fut Aden Arabie. Un camarade l'évoqua, et, piquée au vif de ne pas mieux connaître celui dont je me réclamais parfois, je me jetai dans sa lecture. Je crois que je venais tout juste d'avoir vingt ans, et le virus Nizan réactivait toute sa puissance. J'aimais tout, dans Aden : la démystification de la jeunesse, des élites normaliennes, de la France, la véhémence du style. Au hasard des rencontres, je conseillais sa lecture. A ceux qui le méritaient, bien évidemment. Soumis ensuite à un implacable sondage.
La lecture d'Antoine Bloyé, quelques deux-trois ans plus tard, ne vint point édulcorer mon engouement. Bien au contraire. Quant aux Chiens de garde, je les dévorai avec ferveur, et ne manquais pas d'en distiller quelques perles lors de mes interventions et autres discussions de couloir à l'Unef-id où je militais depuis plusieurs années. " Que la philosophie reçoive les coups de trique de la Révolution ", décliné avec différentes variantes, ça faisait son petit effet. Puis vint le temps de la lecture du reste de son oeuvre, et de ses articles, découverts d'abord par la Petite Collection Maspero, puis au fur et à mesure de mes recherches, articles qui ne devaient plus me quitter jusqu'à aujourd'hui.

" Nizan... Aujourd'hui ! " : Depuis ces dernières années, Nizan est en effet une part indissociable de ma vie. Quelqu'un à la fois de familier et de distant, qui me passionne, m'enthousiasme, me fait rire, sourire, m'agace ; mais sur l'épaule duquel je ne tape pas. En somme un camarade que je fréquenterais assidûment tout en me maintenant à distance. Pas un de ceux que je prendrais par le bras pour aller boire un verre. En tout cas pas encore.
Mais un de ceux qui m'a offert certaines de mes plus belles rencontres, amicales, amoureuses, toujours chaleureuses, toujours fraternelles. Certains des membres de l'association sont ainsi devenus de bons copains ou des amis. Sans savoir que, préalablement, ils ont été passés au crible d'une vérification minutieuse. Car un vrai nizanien, je le repère instantanément, à une petite lumière bien spécifique qui brille aux coins des yeux.
Lisons Nizan, faisons-le lire. Parce qu'il fut un grand écrivain, et un grand journaliste. Parce que les pages du Cheval de Troie décrivant l'avortement de Catherine sont un réquisitoire contre l'intégrisme et la réaction qui sont loin d'en être à leur dernier soubresaut. Parce que Antoine Bloyé – le plus universel de ses romans, le meilleur, à mon avis – parle avec précision, émotion de la condition humaine et de l'oppression bourgeoise. Parce que les problèmes de l'héritage culturel et de la démission des intellectuels développés dans Les Chiens de garde et dans certains de ses articles sont d'une totale actualité. Parce que ses articles (relire Chronique de Septembre !), à la plume vigoureuse et précise portent haut les couleurs du journalisme engagé ; bien qu'épousant les mots d'ordre de Moscou, ce journaliste militant sut traduire avec brio les drames éthiopien, espagnol, autrichien, tchécoslovaque. Enfin, j'aime retenir de Nizan l'image de celui qui afficha la photo de Gerda Taro dans son bureau et conserva la clé de son cercueil. Dans ce monde aseptisé qu'on nous fabrique, où la moindre critique est une insulte, où l'on pervertit le vocabulaire, où la moindre révolte est présentée comme jusqu'au-boutiste, où l'on fait passer des combats légitimes pour des luttes d'arrière-garde, où l'on nous fait prendre des vessies pour des lanternes, les mots de Nizan ont encore quelque chose à nous dire.

[Anne Mathieu, née en 1969 à Argenton-sur-Creuse (36), est depuis septembre 2010 Maîtresse de Conférences à l'Université de Nancy-2. Elle a été auparavant et notamment Maîtresse de Conférences intérimaire à l'Université d'Oviedo (Espagne) ; chargée de cours à Audencia (Nantes) ; Attachée Temporaire d'Enseignement et de Recherche des Universités du Havre et de Nantes. Docteur en Littérature française, sa thèse ("Aspects de la véhémence journalistique et littéraire : Paul Nizan, Jean-Paul Sartre") a été soutenue à l'Université de Nantes en décembre 1999. Auteure de nombreux articles sur Nizan et sur Sartre, de plusieurs études sur les écrivains-journalistes des années 30 (notamment sur Magdeleine Paz), sur la guerre d'Espagne et le franquisme, sur le colonialisme et sur le style pamphlétaire aujourd'hui.
Ouvrages parus : Paul Nizan, Essais à la troisième personne, Annotations, Etablissement du manuscrit et Biographie chronologique par A. Mathieu, Préface en collaboration avec François Ouellet, Le Temps des Cerises, 2012 ; Paul Nizan, Articles littéraires et politiques, vol. 1, "Des écrits de jeunesse au 1er Congrès International des Ecrivains pour la Défense de la Culture (1923-1935)", Articles réunis, commentés et annotés par Anne Mathieu, Préface de Jacques Deguy, Nantes, Joseph K., 2005, 576 p.
Parmi ses derniers articles parus : « Une vie changée par la guerre d'Espagne (S. Téry) », La Faute à Rousseau, Revue de l'Association pour l'Autobiographie et le Patrimoine autobiographique, n° 60, « Politique et autobiographie », juin 2012, p. 26-27 ; « Renouveau de la littérature prolétarienne ? », Le Monde diplomatique.fr, « Les blogs du Diplo – Le lac des signes », 11 mai 2011 ; « Ludwig Renn, Tristan Tzara, Rafael Alberti, Louis Aragon, Egon Ervin Kisch et quelques autres... Dialogues internationalistes au service de la République espagnole dans les revues Commune et El Mono Azul », Aden, n° 9, oct. 2010 ; « Paul Nothomb (1913-2006) et le difficile roman de la guerre d'Espagne », in Mémoires du roman. La revie littéraire des romanciers oubliés. Domaine français - XXème siècle , Textes réunis et présentés par B. Curatolo et P. Renard, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2009 [réed. article de juin 2002] ; « La dénonciation d'une certaine gauche intellectuelle. De Guy Hocquenghem à Daniel Bensaïd, en passant par Serge Halimi», Sens public, oct. 2009 ; « Le vent se lève... Magdeleine Paz face au colonialisme », Aden, n° 8, oct. 2009 ; « Des romans contre l'oubli de la guerre d'Espagne », Manière de voir, août-septembre 2009 [réed. article de dec. 2006] ; « Frantz Fanon, la négritude et l'émancipation », Le Monde diplomatique, mars 2009 ; «Autour d'un fonds – Aden Arabie. Histoire pérenne d'une révolte », Revue de la Bibliothèque Nationale de France, nov. 2007 ; « Jean-Paul Sartre et l'Espagne : du "Mur" à la préface au Procès de Burgos », Roman 20-50, juin 2007 ; «Paul Nizan, L'Espagne au cœur », Aden, n° 5, oct. 20o6 ; « Virulence de Sartre journaliste aux côtés des communistes », in Sartre : Le philosophe, l'intellectuel et la politique (Dir. J.-W. Wallet et A. Münster), L'Harmattan, 2006 ; "Paul Nizan en U.R.S.S. : Et la joie ne demeura pas", Gavroche , janvier-mars 2006.
Entre autres publications : Préface à « Avant de tourner la page... /Antes de dar vuelta a la pagina», in Mirada. Regards sur la guerre d'Espagne,Toulouse, Radio-Campus Toulouse Midi-Pyrénées, déc. 2008 ; Notices sur seize manuscrits de Sartre, in Catalogue génétique général des manuscrits de Jean-Paul Sartre ITEM/ENS/CNRS, www.item.ens.fr/index, nov. 2008 ; Préfacière et auteure de la biographie chronologique de la réédition d' Antoine Bloyé aux éditions Grasset (janvier 2005).]