La revue ADEN est en danger ! En savoir plus.

Arrow up
Arrow down

« Que pas une de nos actions ne soit pure de la colère » (Aden Arabie, 1931)

Revue ADEN

ADEN 15
ADEN 15

Février 1934 et les écrivains français
* n° 15 de la revue Aden. Paul Nizan et les années trente (novembre 2016) [ ... ]

ADEN 14
ADEN 14

Amour et lutte des classes * n° 14 de la revue Aden. Paul Nizan et les années trente (octobre 2015) *
 

ADEN 10
ADEN 10

Artistes,  engagez-vous !  

Index de l'article


Jean-Marc LEVENT
(ancien adhérent du G.I.E.N.)

" Je me souviens..." : Je me souviens de cette première rencontre avec Nizan comme l'un des événements majeurs parmi ceux qui ont contribué à la formation de ma conscience politique. Nous avions en classe de 5e un livre de lecture dans lequel figuraient des extraits d'une trentaine d'oeuvres littéraires dont un fragment du chapitre IX d'Antoine Bloyé, celui où le héros éponyme doit annoncer à leur famille les décès du mécanicien et du chauffeur d'une locomotive victime d'un déraillement. Ce passage est sans doute l'un des plus forts du livre car il condense tout le tragique de la condition humaine : la conscience morale d'Antoine, le cynisme du chef de section, la lâcheté du chef de dépôt, l'aliénation au travail, la nostalgie de la communauté que l'on a abandonnée au profit de la carrière, l'injustice faite aux petites gens, le progrès devenu immaîtrisable, la désacralisation du corps – symbolisée par cette cuisse gisante " qui brille comme un morceau de marbre " -, la froideur de la précision bureaucratique face aux catastrophes, le sentiment de trahison d'Antoine envers les machinistes, sa culpabilité face à leur famille ; et cette phrase en forme de sentence qui clôt la scène : " Cette nuit-là Antoine découvrait la mort, une certaine mort qui ne pouvait pas se faire pardonner ". Lire Nizan, c'est faire l'expérience mélancolique de la chute. La chute qui résulte de la fuite devant soi-même, commandée par le recul face à l'angoisse de notre irrémédiable finitude. D'où la rédemption dans l'engagement.
Puis les années passèrent. Vinrent ensuite d'autres découvertes décisives : Les Misérables, L'Idiot, Le Sang noir, La Jungle, Trame d'enfance et bien d'autres romans, jusqu'au Partage de la soif, récemment. Finalement, quel que soit le nombre des années, le plus bel âge de la vie n'est-il pas celui où l'on rencontre un écrivain dont l'oeuvre vous révèle à vous-même ?

" Nizan... Aujourd'hui ! " : La pérennité de son oeuvre philosophique, littéraire, politique et journalistique est due à la mise en tension qu'elle impose entre la pensée et le réel, la théorie de l'action et l'engagement militant. Son tonneau n'était pas celui de Sartre devant les usines Renault de Billancourt mais celui de Diogène de Sinope. A la manière du cynique qui s'exposait sur l'agora dans le but de choquer, faire scandale et attirer l'attention des athéniens en révélant leurs contradictions et impostures, on retrouve chez Nizan la même volonté de déchirer les faux-semblants, d'aboyer pour effrayer les bourgeois et faire tomber les masques, par l'importance des questions qu'il pose et l'ampleur des débats qu'il suscite. Son combat en faveur de l'homme, contre l'injustice et l'exploitation et pour la révolution, avec ce qu'il implique de contradictions, constitue encore aujourd'hui un exemple à méditer. Malgré ses erreurs, Nizan représente l'une des figures essentielles et singulières nécessaires pour penser, approfondir et enrichir l'histoire philosophique et politique du XXe siècle.

[Jean-Marc Levent est né en 1962 à Paris. Il est éditeur et doctorant au département de philosophie de l'Université de Paris 8.
Il a publié Les Ânes rouges. Généalogie des figures critiques de l'institution philosophique en France (L'Harmattan 2003) et Sade une exception monstrueuse (Mille et une nuits 2003)]