La revue ADEN est en danger ! En savoir plus.

Arrow up
Arrow down

« Que pas une de nos actions ne soit pure de la colère » (Aden Arabie, 1931)

Revue ADEN

ADEN 16
ADEN 16

De Cayenne au quai des brumes
* n° 16 de la revue Aden. Paul Nizan et les années trente (mai 2018)   Avant-propos de Fabrice Szabo Philip [ ... ]

ADEN 15
ADEN 15

Février 1934 et les écrivains français
* n° 15 de la revue Aden. Paul Nizan et les années trente (novembre 2016)  

ADEN 14
ADEN 14

Amour et lutte des classes * n° 14 de la revue Aden. Paul Nizan et les années trente (octobre 2015) *
 

Index de l'article


Chris SHORLEY †

" Je me souviens... " : « Le 6 février offrit aux romanciers un incident qui figure déjà dans bon nombre d'ouvres antérieures à Munich. » C'est Raymond Queneau qui, lors de la préparation de ma thèse doctorale, m'a ainsi montré la voie, en évoquant, en 1944, l'impact littéraire de l'affaire Stavisky. C'est seulement un peu plus tard que j'ai découvert cette déclaration plus immédiate de Paul Nizan : « Personne n'est capable d'écrire en 1935 la suite des livres de 1933. [.] On verra peut-être un jour que le 6 février établit un clivage dans les lettres comme dans la politique. » Déclaration qu'il vient confirmer cette même année avec Le Cheval de Troie , où il salue « un combat [.] qui avait fait irruption dans le monde ».
Depuis, au cours d'une longue étude sur les « années tournantes » qui constituent la charnière de l'entre-deux-guerres, je n'en finissais pas de repérer les traces de celui qui a si bien su prévoir l'essentiel d'une situation on ne peut plus précaire, et d'en trouver une imagerie à l'avenant. Même dans le fameux « Cahier de revendications » ( NRF , décembre 1932), Nizan envisage « un tas de décombres où marchent les actionnaires, les généraux ».
Ensuite, en examinant une nouvelle thématique de l'économie dans Voyage au bout de la nuit , Le Chiendent ou encore La Condition humaine , je retrouve l'extraordinaire diatribe contre Homo Economicus, dans un texte qui les précède tous. Et alors que, chez Céline, les « fidèles » de la banque « n'avalent pas l'Hostie. Ils se la mettent sur le cour », déjà chez Nizan les bourgeois « participent à la nature mystique d'un être qui n'existe pas. Ils absorbent leurs hosties de capital ». Dans le même sens, la révélation d'un employé dans Le Chiendent - « Il n'y a pas d'argent comptant, il n'y a que de fictives opérations de banque » – fait écho à cette autre phrase d' Aden Arabie : « Le genre de possession et de profit bourgeois les sépare de tout ce qui est réel : ils connaissent seulement des signaux et de féeriques contacts à distance. »
En ce qui concerne la littérature des colonies, autre domaine de mes recherches, la même constatation s'impose. En 1932, Georges Simenon fait son reportage L'Heure du nègre , où il fustige, entre autres, les abus de la construction d'un chemin de fer : « Le Congo-Océan tue en moyenne un nègre par traverse et un blanc par kilomètre » ; également, dans Terre d'ébène (1929), Albert Londres savait qu' il y « trouverai[t] couchés plus de nègres que de traverses ». Mais Nizan avait déjà cerné le problème dans toute son ampleur : « La terre connue, arpentée, cadastrée, les gens d'Europe l'ont mise en coupe [.]; les sauvages vertueux sont des clients et des esclaves [.]. Avec l'Eucharistie arrive le travail forcé du Brazzaville-Océan».

" Nizan... Aujourd'hui ! " : Puisqu'il a fallu un titre susceptible de capter la notion centrale de seuils, de fissures, de scissions, de transitions, j'ai emprunté une image-clé de Claude-Edmonde Magny, intitulant l'ouvrage Beyond the Maginot Line . Mais il n'y a rien d'étonnant si l'épigraphe est de Nizan, et, plus précisément, d' Aden Arabie : « Au-delà de cette ligne de partage des eaux ». Tout ceci dit, et le travail en question maintenant terminé, l'ouvre de Nizan continue et continuera à vivre et à évoluer, comme l'a souligné Maurice Arpin il y a quelques années. Mais elle est loin d'avoir cessé d'inspirer.

[Chris Shorley, (1948 à Kettering en Angleterre-2007), a fait des Etudes de langues vivantes à l'Université d'Oxford et est Maître de conférences à Queen's University Belfast. Il a publié des Monographies sur Queneau et Malraux ; des articles et effectué des communications sur divers aspects de la fiction et de la culture française du XX e siècle (Gide, Céline, Chamson, Duhamel, Drieu la Rochelle, Louis Malle.) A paraître : Beyond the Maginot Line : French Fiction and 'les années tournantes' . En préparation : étude sur Simenon ]